• Publié le 1/11/2021
  • 3min

Mutuelle médecines douces et soins naturels : quels remboursements ?

Aux côtés de la médecine allopathique, dite également conventionnelle, la médecine douce et les soins naturels séduisent de plus en plus de Français. Peu ou pas remboursés par la Sécurité sociale, les soins de certaines des 400 disciplines concernées sont toutefois pris en charge par des mutuelles santé adaptées. Mais attention, ces remboursements se font souvent sous conditions…

Mutuelle médecines douces : quels sont les soins concernés ?

7 Français sur 10 déclarent avoir déjà eu recours aux médecines naturelles pour se soigner *. Sollicités en raison de leur innocuité, et réputés moins agressifs que la médecine allopathique, les traitements de médecines douces ou médecines « alternatives » englobent, entre autres :

  • L’ostéopathie ;

  • La psychothérapie ;

  • L’homéopathie ;

  • L’acupuncture ;

  • La naturopathie ;

  • La sophrologie ;

  • La pédicurie-podologie sans prescription médicale ;

  • La phytothérapie ;

  • La Luminothérapie ;

  • La mésothérapie ;

  • Ou encore les massages, la réflexologie, la chiropractie…

Les consultations des psychologues, ergothérapeutes, ou encore des professionnels de la psychomotricité  font également partie des thérapeutiques dites naturelles, non remboursées lorsqu'elles sont réalisées en cabinet libéral. Il en est de même pour les soins de thalassothérapie, et pour les soins de confort prodigués durant les cures thermales.

Destinés à prévenir, à soulager, à traiter, et venant souvent en complément de la médecine allopathique. Mais attention : bien que « naturelles », ces thérapeutiques ne sont pas exemptes d’effets indésirables ni même de risques si elles sont mal utilisées. La consultation d’un médecin est donc toujours recommandée avant d’y avoir recours.

Les possibilités de  remboursement de la médecine douce par les mutuelles

La grande majorité des médecines douces ne bénéficient d’aucun remboursement par la Sécurité sociale. Mais certaines offres de mutuelle permettent d’en couvrir certaines. Leur prise en charge s’exprime alors le plus souvent en forfait annuel en euros, ou en nombre de consultations par période.

L’homéopathie rejoindra dès le 1er janvier 2021 la liste des médecines douces non prises en charge par la Sécurité sociale : les médicaments concernés ne seront tout simplement plus remboursés à partir de cette date. La souscription d’une mutuelle santé les prenant en charge est donc recommandée si vous êtes consommateur régulier de remèdes homéopathiques.

Les consultations associées ne sont toutefois pas concernées : votre rendez-vous avec un médecin homéopathe sera toujours pris en charge à 70 % par l’Assurance maladie. Mais uniquement s’il s’effectue dans le cadre d’un parcours de soin coordonné, et en fonction d’un tarif de base limité excluant les dépassements d’honoraires. D'autres types de consultations peuvent aussi faire l’objet d’une telle prise en charge :

  • Les consultations d’acupuncture réalisées par un médecin ;

  • Les consultations de sophrologie réalisées par une sage-femme agréée, lors des séances de préparation à l’accouchement ;

  • Les consultations d’hypnose réalisées par un médecin (psychiatre ou autre).

Dans tous ces cas, votre mutuelle santé permettra de réduire votre reste à charge.

Remboursement des médecines douces : le cas particulier des cures thermales

Vous offrant des soins naturels souvent à base d’hydrothérapie, les cures thermales sont réputées pour leurs bienfaits curatifs, mais également préventifs. Elles sont, à ce titre, reconnues par les autorités de santé et l’Assurance maladie.

Pour être pris en charge par la Sécurité sociale, votre séjour dans un établissement thermal doit néanmoins avoir été prescrit par un médecin (ou par un chirurgien-dentiste dans le cadre d’un traitement d’une affection des muqueuses bucco-linguales). De plus, l’établissement thermal choisi doit être agréé par la Sécurité sociale et votre cure thermale doit répondre à un besoin thérapeutique qui figure sur la liste des 12 orientations thérapeutiques de l’Assurance Maladie

La prise en charge partielle ou intégrale de votre cure thermale s’effectue après accord de l’Assurance Maladie. Pour l’obtenir, vous devez adresser à votre caisse une demande de prise en charge via un formulaire rempli par votre médecin ainsi qu’une déclaration de ressources (cette dernière pouvant vous permettre de bénéficier de la prise en charge de vos frais annexes tels qu’hébergement, transport et indemnités journalières). Si votre demande est acceptée, vous pouvez alors prétendre au remboursement :

  • de votre forfait de surveillance médicale, au taux de 70 % du tarif de base hors dépassements d’honoraires ;

  • de votre forfait thermal, c’est-à-dire des soins prodigués pendant la cure, à hauteur de 65 %  d’un tarif qui dépend de leur motif médical ;

  • de vos frais annexes tels qu’hébergement, transport et indemnités journalières, en fonction de votre niveau de ressources. 

Votre reste à charge, ainsi qu’éventuellement certaines prestations de confort, peuvent ensuite être couverts en partie ou totalement par votre complémentaire santé. Si votre médecin projette de vous prescrire des soins en établissement thermal, consultez donc bien les garanties de votre contrat.

Mutuelle médecines douces : pour récapituler

Vos dépenses en médecines douces et soins naturels seront donc peu ou pas remboursées par la Sécurité sociale. D'où l’intérêt, si vous êtes un habitué de ce type de traitement, de vous tourner vers une mutuelle santé qui prendra en charge vos frais en la matière.

De nombreuses mutuelles santé proposent des garanties spécifiques pour les médecines douces généralement sous forme de forfaits ou d’options assorties de conditions. Ces dernières peuvent venir limiter le nombre de séances ou de consultations remboursées par année, définir un montant maximal de dépenses ou encore plafonner le prix des consultations.

Si le remboursement des soins thermaux ou de l’ostéopathie est de plus en plus souvent prévu par les contrats de complémentaire santé, il n’en est pas de même pour toutes les médecines douces. Mieux vaut donc consulter précisément  la liste des spécialités prises en charge par votre mutuelle santé avant de vous lancer dans un traitement long en naturopathie ou des séances de sophrologie !

* Enquête Harris Interactive – Novembre 2019