• Publié le 3/2/2021
  • 3min

Épilation laser : le prix et la prise en charge de l’élimination définitive des poils

Par souci de confort ou en raison d’une maladie, certaines femmes souhaitent recourir à l’épilation définitive. Cette pratique reste encore relativement confidentielle. Aussi, soulève-t-elle des interrogations. Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’épilation laser, son prix et son remboursement.

L’épilation laser : une pratique encadrée

L’épilation laser est une pratique encadrée par la loi à travers deux arrêtés datant des années 1962 et 1974*. Elle est réalisée le plus souvent par un dermatologue, mais peut l’être aussi par un médecin généraliste qui en a fait sa spécialité.

En quoi consiste l’épilation laser ? Il s’agit d’une méthode permettant de venir à bout définitivement des poils par irradiation du bulbe. Deux types d’appareils sont utilisés pour cela : l’Alexandrite et le ND-YAG. Avant de démarrer le traitement, le professionnel effectue un examen attentif de la peau du patient et de ses éventuelles lésions. Ensuite, il détermine la stratégie à mettre en place en fonction de son phototype, et le nombre de séances à prévoir. Le laser utilisé n’est pas le même selon que la personne a la peau claire ou foncée.

Il est nécessaire d’avoir perdu toute trace de bronzage pour débuter les séances, afin d’optimiser les résultats. Le traitement s’étale généralement sur plusieurs mois, car il est important de patienter quelques semaines entre chaque consultation. Une fois le traitement terminé, un entretien annuel peut être conseillé pour éliminer les quelques poils ayant pu repousser. C’est actuellement la seule méthode véritablement efficace pour venir à bout des poils indésirables, même s’il vaut mieux parler d’épilation durable que définitive.

L’épilation définitive au laser : une technique onéreuse

Qu’on se le dise, l’épilation définitive au laser coûte cher. Le prix dépend d’abord de la zone traitée. Plus elle est grande, plus le prix de la séance est onéreux. Ainsi, sans surprise c’est l’épilation des jambes qui revient le plus cher aux femmes (pour les hommes, il s’agit du dos). Celle des aisselles ou du maillot peut paraître plus abordable, mais elle est à mettre en rapport avec la superficie soignée.

Il faut savoir que les prix ne sont pas encadrés. Le spécialiste les fixe donc librement. En conséquence, ils peuvent varier du simple au double. Le coût inclut les honoraires, mais aussi l’entretien du matériel, qui s’appuie sur une technologie de pointe et nécessite une maintenance régulière. D’importantes disparités sont également constatées selon le secteur géographique dans lequel exerce le praticien. Dans les grandes villes à forte pression immobilière et concurrence, les prix peuvent s’envoler. Pour un traitement complet des demi-jambes, il faut ainsi compter plusieurs centaines d’euros, voire plus de 1 000 €.

Notez que certains professionnels proposent aussi des forfaits pour l’épilation simultanée de plusieurs zones.

Une prise en charge de l’épilation laser par l’Assurance Maladie sous conditions

Si elle constitue uniquement un acte de confort sans aucune pathologie associée, l’épilation définitive au laser est un soin non pris en charge par l’Assurance maladie. Le remboursement par une mutuelle reste relativement rare. En effet, cette pratique est assimilée à de la chirurgie esthétique pour laquelle très peu d’organismes interviennent. Renseignez-vous auprès de votre complémentaire santé pour voir si votre contrat prévoit cette prestation avant d’entamer un traitement.

Néanmoins, lorsque la pilosité est excessive ou mal localisée, et qu’elle est pathologique, l’épilation laser peut faire l’objet d’une prise en charge par l’Assurance maladie. C’est le cas notamment si la patiente souffre :

  • D’hirsutisme : affection endocrinienne qui se caractérise par l’apparition de poils dans des zones du corps qui en sont normalement dépourvues (visage, seins, dos). Un score supérieur à 8 au barème Ferriman et Gallwey et un bilan hormonal permettent de confirmer le trouble.

  • D’hypertrichose simple : il s’agit d’une pilosité abondante dans des endroits où la femme est déjà pourvue de poils. Elle n’est pas liée à une affection ou à un dérèglement hormonal. Certains médicaments comme les corticoïdes peuvent en favoriser l’apparition.

Lorsque les traitements médicamenteux ont échoué, l’épilation laser peut constituer le seul recours pour venir à bout d’une pilosité excessive. Handicapantes, ces affections entraînent des troubles de la vie sociale, de l’angoisse et un manque de confiance en soi préjudiciables pour les femmes qui sont touchées.

Dans ce cas, la Sécurité sociale peut intervenir pour prendre en charge une partie des frais. Mais un accord est nécessaire avant d’entamer tout traitement. C’est le dermatologue qui se charge d’effectuer la demande d’entente préalable auprès du médecin-conseil, qui étudie le dossier et les justificatifs fournis. Si elle est acceptée, il reste à la charge de la patiente le pourcentage correspondant au ticket modérateur et les éventuels dépassements d’honoraires. Dans la mesure où le régime de base a remboursé la part obligatoire, l’assurance santé intervient en complément, à hauteur des garanties souscrites.