• Publié le 1/29/2021
  • 3min

Peut-on se passer d’une mutuelle santé ?

Souscrire une mutuelle santé représente une dépense parfois non négligeable pour les petits budgets. Pour autant, peut-on faire raisonnablement l’impasse sur cette assurance et envisager de vivre sans mutuelle ? Le point sur les avantages et les inconvénients à ne pas avoir de mutuelle santé.

Se passer de mutuelle santé : est-ce légalement possible ?

Depuis 2016, les salariés du secteur privé doivent obligatoirement bénéficier de la mutuelle santé de leur entreprise, dont le financement est assuré à hauteur de 50 % au moins par leur employeur. Si vous êtes dans ce cas, vous ne pouvez refuser d’adhérer à cette mutuelle collective qu’à certaines conditions seulement :

  • Vous étiez déjà présent dans l’entreprise avant la mise en place du contrat santé collectif : vous pouvez alors faire une demande de dispense par écrit ;

  • Vous disposez d’une mutuelle santé individuelle de votre côté : vous pouvez refuser la mutuelle collective, mais seulement jusqu’à la prochaine échéance de votre contrat individuel ;

  • Vous êtes apprenti, en contrat de mission, en CDD court ou en temps très partiel ;

  • Vous êtes bénéficiaire de l’ACS (ex-CMUc) ;

  • Vous êtes déjà adhérent à un contrat de mutuelle d’entreprise, en tant qu’ayant droit (vous êtes, par exemple, affilié à la mutuelle d’entreprise de votre conjoint qui impose la couverture des ayants droit).

Dans ces situations très précises, ou si vous ne relevez pas du statut salarié (c’est-à-dire si vous êtes travailleur indépendant, étudiant, fonctionnaire, chômeur, retraité), vous pouvez choisir de ne pas avoir de mutuelle.

Vivre sans mutuelle : quels sont les risques ?

Faut-il avoir une mutuelle ou non, lorsque la loi ne l’impose pas ? Tout dépend de vos besoins de santé, des médecins que vous consultez… et des risques que vous acceptez de courir en cas de soins imprévus qui peuvent parfois, au final, peser plus lourdement sur votre budget qu’une cotisation d’assurance santé.

Si rien ne vous oblige à souscrire une mutuelle santé individuelle, cette dernière reste en effet fortement recommandée. En effet, les remboursements de la Sécurité sociale ne couvrent en général que partiellement le coût réel des dépenses de santé : 70 % la plupart du temps. Une partie des frais de santé reste donc à la charge de chaque assuré : c’est ce que l’on appelle le ticket modérateur . Par ailleurs, les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins de secteur 2 et de secteur 3 ne sont jamais pris en charge par la Sécurité sociale.

Le rôle d’une mutuelle est justement de couvrir, en partie ou en totalité, le reste à charge en matière de frais de santé, qui peut parfois être très élevé.

> Exemple : pour une consultation classique chez votre médecin généraliste dont le tarif est fixé à 25 €, la Sécurité sociale vous remboursera 16,50 € (70 % du tarif de base, soit 17,50 €, moins 1 € de participation forfaitaire). Les 8,50 € restants seront donc à votre charge. Mais avec une mutuelle, 7,50 € vous sont remboursés (8,50€ -1 € de participation forfaitaire prélevés par la Sécurité sociale) !

Autre intérêt majeur offert par une mutuelle santé : vous permettre de bénéficier du dispositif 100 % Santé en matière d’optique, de prothèses dentaires et d’appareils auditifs ; des postes de santé dont les prix sont particulièrement élevés. Cette mesure permet en effet à chacun de disposer d’équipements entièrement remboursés, grâce à la prise en charge conjointe de la Sécurité sociale et des complémentaires santé. Ne pas avoir de mutuelle empêche donc de profiter de cette opportunité.

Je n’ai pas de mutuelle : quelle offre choisir pour y remédier sans sacrifier mon budget ?

Vous êtes convaincu que vivre sans mutuelle est un pari risqué ? Pour être efficace et constituer une dépense véritablement utile, votre mutuelle santé doit être choisie avec soin, en fonction de votre profil et de vos besoins de santé.

Vous êtes en bonne santé ? Vous consultez exclusivement des médecins ne pratiquant pas de dépassements d’honoraires ? Vous n’avez pas recours aux soins de médecine douce non remboursés par la Sécurité sociale ? Vous pouvez alors opter pour une offre de mutuelle santé standard, la moins chère, garantissant la prise en charge de 100 % de votre ticket modérateur.

Vos médecins habituels appliquent des dépassements d’honoraires ? Vous souhaitez pouvoir profiter de prestations de confort en cas d’hospitalisation ? Vous avez des enfants qui vont prochainement avoir besoin de soins orthodontiques ? Vous avez alors intérêt à souscrire un contrat de mutuelle santé vous assurant, au moins sur les garanties qui sont pour vous prioritaires, un remboursement supérieur à 100 %. Une mutuelle moins chère, mais peu couvrante, ne sera pas économique.