• Publié le 1/11/2021
  • 3min

Mutuelle audition : quelle prise en charge des soins auditifs ?

En France, près de 6 millions de personnes souffrent de déficience auditive. Avec l’âge notamment, les troubles auditifs ont tendance à s’accentuer et nécessitent souvent des soins et des prothèses adaptés. Des équipements coûteux, qui bénéficient heureusement d’une meilleure prise en charge depuis 2019, à condition de disposer d’une mutuelle santé.

Appareil auditif : quelle prise en charge par l’Assurance maladie ?

Acouphènes, pertes auditives, presbyacousie… Quel que soit le trouble auditif dont vous souffrez, il doit avant tout être confirmé par un médecin ORL afin de déterminer précisément leur origine et leur nature exacte. Et afin de bénéficier d’un remboursement optimal de cette consultation par la Sécurité sociale, elle doit préalablement vous être prescrite par votre médecin traitant .

À l’issue de son examen, votre médecin ORL pourra vous prescrire un appareil auditif, et vous orienter à cet effet sur un médecin audioprothésiste qui évaluera vos besoins. Celui-ci est tenu de vous remettre un devis normalisé précisant le prix de l’appareil recommandé, celui de ses prestations d’adaptation, de contrôle et de suivi, ainsi que les modalités de leur remboursement par l’Assurance maladie et votre mutuelle santé.

La réforme 100 % santé : un meilleur remboursement des appareils auditifs

La Sécurité sociale prend en charge le coût des aides auditives sur prescription médicale, et si celles-ci font partie d’une catégorie des LPP (liste des produits et prestations) remboursables.

Depuis 2019, le secteur des aides auditives a connu une amélioration notable en matière de remboursement. Depuis le 1er janvier 2021, il est désormais possible de bénéficier de paniers d’appareils auditifs intégralement remboursés, afin de garantir à tout assuré la possibilité d’accéder à des équipements de qualité.

Auparavant, beaucoup de Français renonçaient en effet à s’équiper de prothèses auditives pour des raisons financières. Car malgré la part de remboursement de la Sécurité sociale et la prise en charge complémentaire des mutuelles audition, le reste à charge demeurait conséquent. Afin de lutter contre le renoncement aux soins, un nouveau système a donc été mis en place en 2019 : la réforme 100 % santé, offrant la prise en charge totale de certains équipements optiques, dentaires et auditifs.

Cette prise en charge intégrale est assurée conjointement par la Sécurité sociale et la mutuelle santé de chaque assuré. Pour en bénéficier, il est donc indispensable de souscrire une complémentaire santé. 

Une amélioration graduelle du remboursement des appareils auditifs

La mise en œuvre de la réforme 100 % santé est étalée sur trois années consécutives :

  • En 2019 : Les tarifs des aides auditives pouvant entrer dans le panier 100 % santé ont été plafonnés et le remboursement par la Sécurité sociale et la mutuelle santé, revalorisés.
  • En 2020 : La prise en charge des prothèses auditives par l’Assurance maladie et la mutuelle a été de nouveau revalorisée et les prix de ces aides auditives encore davantage plafonnés.
  • En 2021 : Le remboursement des prothèses auditives entrant dans le panier 100 % santé est intégralement pris en charge par la Sécurité sociale et la complémentaire santé.

Panier 100 % santé : quelles prothèses auditives sont-elles intégralement remboursées ?

La réforme 100 % santé, qui facilite notamment la prise en charge par les mutuelles des prothèses auditives, concerne tous types d’appareils (contour d’oreille, contour à écouteur déporté, intra-auriculaire) qui sont classés en deux catégories.

La catégorie 1 rassemble les appareils auditifs dont le prix plafonné est pris en charge intégralement dans le cadre du dispositif 100 % santé. Les audioprothésistes doivent obligatoirement en proposer au moins un modèle pour chaque oreille à appareiller. Les appareils auditifs de catégorie 1 doivent, de plus, offrir au moins trois options d’une liste réglementaire (appelée liste A) :

  • un système pour réduire les acouphènes (générateur de signaux ajustables)
  • un système de communication sans fil (Bluetooth et/ou télécommande)
  • un réducteur de bruit du vent
  • une synchronisation binaurale
  • une directivité microphonique adaptative
  • un système permettant de capter des sons de fréquences allant de 0 à 6 000 Hz
  • un système permettant d’enregistrer les changements de volume effectués par l’utilisateur et de les réappliquer de manière automatique
  • un réducteur de réverbération 

Les aides auditives de catégorie 2 ont, quant à elles, un tarif libre. Leur prix et leur niveau de remboursement dépendent ainsi de l’appareil choisi et des garanties de mutuelle audition souscrites. Les audioprothèses de classe 2 doivent inclure au minimum 6 options de la liste A précédente, ainsi qu’au moins 1 option d’une 2nde liste (appelée liste B) :

  • un système permettant de capter des sons de fréquences allant de 0 à 10 000 Hz
  • un minimum de canaux de réglages
  • un réducteur de bruit impulsionnel pour améliorer le confort d’écoute
  • une batterie rechargeable ainsi qu’un chargeur (afin d’éviter l’usage de piles)

Cette catégorie d’aides auditives est remboursée par la Sécurité sociale à hauteur de 60 % d’un tarif de base fixé à 350 € par oreille. Sa prise en charge maximale est donc de 210 € par oreille. Elle peut ensuite être complétée par une mutuelle santé en fonction de son niveau de garantie. Celui-ci peut s’exprimer sous forme de forfait maximum annuel (par exemple 600 € par oreille) ou sous forme d’un pourcentage du tarif de base de la Sécurité sociale (100 %, 200 %, 300 % ou plus).