• Publié le 30/07/2021
  • 3min

Assurance de prêt : cotisations calculées sur le capital restant dû ou sur le capital initial ?

Lorsque vous contractez un crédit immobilier, la souscription d’une assurance de prêt est presque toujours imposée par les banques. Le montant de vos cotisations d’assurance peut être calculé de deux façons différentes : en fonction du capital initial ou du capital restant à rembourser. Quelle méthode choisir ? Voici quelques pistes pour vous aider à y voir plus clair.

Deux méthodes de calcul pour l’assurance emprunteur

Sur le plan légal, l’assurance emprunteur n’est pas obligatoire. Cependant, rares sont les banques qui accepteront de vous accorder un crédit immobilier sans elle ! Son coût s’ajoute donc au remboursement du prêt, aux intérêts et aux autres frais annexes d’un achat immobilier.

Il existe deux méthodes de calcul des cotisations d’une assurance de prêt :

  1. Le calcul sur le capital initial assuré : le montant des cotisations est déterminé à la signature du contrat et n’évolue pas pendant la durée du remboursement du crédit : il est fixe.

  2. Le calcul sur le capital restant dû assuré : le coût des cotisations d’assurance est variable. Il est basé sur le montant qu’il vous reste à rembourser à la banque (qui diminue de manière logique au fil des ans) et sur votre âge (qui augmente de manière logique au fil des ans). Plus élevées en début de remboursement, les primes deviennent ensuite souvent dégressives.

Le plus souvent, les assurances groupe proposées par les banques utilisent la méthode de calcul des cotisations basée sur le capital initial. Les compagnies d’assurance externes quant à elles sont plus nombreuses à proposer un calcul sur le capital restant à rembourser, même si certaines peuvent vous proposer une cotisation fixe.

Ces deux méthodes présentent bien évidemment des avantages et inconvénients qu’il est impératif de connaître avant de faire un choix.

Avantages et inconvénients de l’assurance sur le capital initial

Le principal avantage d’un calcul sur la base du capital emprunté, c’est bien évidemment les cotisations fixes. Ainsi, dès la signature de votre contrat, vous paierez toujours le même montant : idéal pour prévoir son budget sereinement.

En revanche, il est indispensable de pouvoir continuer à payer ces mensualités jusqu’à la fin du prêt, et connaître sa situation financière dans 15 ou 20 ans à l’avance peut être compliqué.

Avantages et inconvénients de l’assurance sur le capital restant dû

Avec le calcul sur le capital restant dû, vous bénéficiez de primes le plus souvent dégressives, au cours de votre remboursement. Cela vous permet généralement de récupérer progressivement du pouvoir d’achat.

En contrepartie, le montant des cotisations est plus difficile à calculer : il est indispensable de se référer à l’échéancier de cotisations fourni par l’assureur, ce qui peut rendre la gestion d’un budget mensuel compliquée.

Enfin, notamment si vous envisagez un remboursement anticipé de votre crédit, le choix entre des deux modes de cotisations (calcul sur capital initial ou calcul sur capital restant dû) doit tenir compte de la durée estimée du prêt pour vérifier ce qui est financièrement le plus avantageux pour vous, mais il doit aussi aussi se faire en fonction de votre budget disponible.

Besoin d'une assurance emprunteur ?

Faites un devis avec APRIL